From our blog

What are sailboats made of?

octobre 23rd, 2019

Un voilier est un bateau qui se caractérise par la présence de son moteur dans les voiles, c’est-à-dire qu’il se déplace grâce à l’énergie que le vent exerce sur lui. Le gréement, la coque, la quille et le gouvernail sont, avec les voiles, les composants qui permettent de diriger et de déplacer le navire.

Pièces d’un voilier

Si vous allez acheter un voilier ou si vous voulez en louer un, la chose la plus souhaitable est que vous connaissiez toutes les pièces qui composent ces bateaux. Leurs connaissances ne vous aideront pas seulement à savoir comment naviguer sur votre bateau, vous devez aussi savoir combien il vous en coûtera pour l’entretenir et comment fonctionne votre voilier.

Velas de un velero

C’est pourquoi nous vous montrons ci-dessous toutes les pièces qui composent un voilier.

  • Casque. C’est la partie fondamentale du voilier puisque sa mission est de permettre au bateau de flotter. Il y a des monocoques et des multicoques, trouvant dans ces derniers les catamarans et les trimarans.
  • Quille. Sa fonction est de maintenir et d’augmenter la stabilité du bateau. Pour ce faire, il contrecarre la résistance des voiles contenant le lest. Le principal problème de la quille est que plus elle contient de lest, plus le bateau est stable et plus il est lent et lourd.
  • Gouvernail de direction. Son objectif est de donner au bateau la possibilité de manœuvrer. De plus, il permet une stabilité directionnelle et latérale.
  • Mât. Poteau ou gréement vertical qui retient les voiles.
  • Boom. Mât horizontal ou étrier qui s’attache au mât pour maintenir la grand-voile. Il vous permet également de le diriger.
  • Daggerboard. Pièce rétractable située sous la coque ou la quille. Sa mission est d’empêcher le bateau de changer de cap avec le vent.
  • Société de gréement. Câbles et cordes fixes du bateau. Composé de chandeliers et de haubans, ce gréement ferme n’est normalement pas manipulé et ne sert qu’à maintenir les mâts du navire.
  • Vous êtes, restez ou estyes. Câbles ou câbles d’acier dont la fonction est de maintenir le mât de façon à ce que sa position ne varie pas vers l’avant ou l’arrière.
  • Câbles ou câbles qui maintiennent le mât latéralement. Pour assurer leur fixation, ils sont attachés par des chaînes.
  • Drisses. Câbles ou cordes utilisés pour hisser ou abaisser les voiles.
  • Draps. Cordes utilisées pour guider et manipuler les voiles. Pour ce faire, ils sont maintenus fermement dans la bôme ou le point d’écoute des voiles.
  • Amantillos. Ces lignes ont pour mission de maintenir la bôme, lorsque la voile n’est pas soulevée, en haut du mât.
  • Piège. Il s’agit d’une ligne ou d’un câble dont la fonction est de maintenir la bôme à la base du mât pour l’empêcher de se soulever.
  • Lattes. Tubes ou tiges laminés, dans la plupart des cas en fibre de carbone ou en verre. Son objectif est de donner forme et rigidité à la voile en évitant la formation de plis verticaux.
  • Luff. Le côté de la voile qui est attaché au mât, s’il s’agit d’une grand-voile, ou au chandelier, si la voile est une foc.
  • Baluma. Va du coin supérieur de la voile, le brassard de drisse, au coin inférieur près de l’arrière, le point d’écoute, est le côté arrière de la voile.
  • Pied. C’est la partie inférieure d’une voile triangulaire qui est elle-même la plus grande et qui est attachée à la bôme.

Par contre, si vous voulez vivre une expérience unique sans avoir à vous soucier de la navigation et du parfait état de chaque partie du voilier, vous pouvez toujours choisir de louer un bateau.

De plus, à Amoyachts, nous vous offrons une grande variété de voiliers avec lesquels vous pourrez naviguer sur les mers d’Ibiza et de Formentera et passer des vacances uniques, originales et inoubliables en compagnie de vos êtres chers.

Quels types de casques existe-t-il? Matériaux de construction

La coque est la partie du voilier qui est en contact permanent avec l’eau. Ci-dessous nous vous montrons les différentes façons de nommer un bateau en fonction de son type de coque:

  • Monocoque. Une coque. Bien qu’ils soient les plus courants lorsque vous achetez ou louez un voilier, ils diffèrent les uns des autres par la taille, les matériaux de construction, le gréement et le nombre de mâts.
  • Catamaran. Deux coques identiques reliées entre elles. Ces derniers sont plus habitables que les premiers en ayant deux caisses, ils sont aussi plus rapides et plus stables. Le principal inconvénient de ces modèles est qu’ils ont besoin de deux amarres dans les ports. Il est également important de noter que ces navires sont de plus en plus populaires en croisière.
  • Trimaran. Trois coques, une coque centrale et deux coques plus petites situées de chaque côté de la coque centrale. La coque centrale est généralement celle où les passagers peuvent naviguer et les autres ont pour fonction de donner de la stabilité au bateau. Comme les catamarans, les trimarans ont aussi besoin de plusieurs amarres, en l’occurrence trois. Bien que vous puissiez l’acheter et l’utiliser pendant votre temps libre, ces bateaux sont généralement utilisés en compétition et pour battre de nouveaux records de vitesse, rien de plus.

Pour sa part, lorsqu’on analyse la construction de ces caisses, on peut voir que l’on peut choisir un type de coque en fonction de sa forme: arrondi, bouchain vivant et V. Il est très important d’analyser les matériaux de construction de la coque. Il est vrai que le bois continue d’avoir un poids important, bien que près de 90% des voiliers soient fabriqués en polyester renforcé de fibre de verre (GRP).

Casco de un velero

Un autre des matériaux habituellement utilisés est l’aluminium, en particulier dans les bateaux conçus pour naviguer en mer. Aujourd’hui, le nombre de voiliers en fibre de carbone a augmenté, un matériau très résistant idéal pour les courses de voiliers.

Pour vous donner une idée, les dériveurs et les bateaux de croisière côtiers sont souvent fabriqués en PRV, car ils ne sont généralement pas utilisés pendant de longues saisons et les conditions météorologiques sont généralement bonnes. L’aluminium, par contre, est beaucoup plus dur et résistant, mais son prix est plus élevé.

Types de quille

Il y a une grande variété de quilles qui composent votre coque et, comme elles contiennent du lest, elles garantissent la stabilité de votre voilier. Cet élément fait partie des yachts de compétition depuis l’Antiquité, mais les constructeurs ne voulaient pas révéler les matériaux avec lesquels ils avaient été construits.

Quilla de un velero

Aujourd’hui, les quilles sont généralement faites d’alliages de fer, de plomb et d’autres matériaux à haute densité. De plus, chaque type de coque possède généralement un certain type de quille et d’ortza; de cette façon, la meilleure performance du bateau est garantie.

  • La quille s’étend en continu de l’avant à l’arrière. Sa forme est allongée, large et peu profonde, elle est donc souvent confondue avec la forme de la coque. C’est l’une des plus traditionnelles et elle apparaît généralement sur les bateaux plus anciens. Ils sont plus difficiles à manier en marche arrière et leur rayon de braquage est très grand, il est donc plus difficile d’effectuer une manœuvre dans un port. Néanmoins, plus la vitesse est élevée, plus elle offre de stabilité.
  • Fin de quille. Séparé du gouvernail, il est généralement plus étroit et plus profond. Malgré tout, elle est courte par rapport à la surface totale de la coque.
  • Quille avec des ailes. Le poids du bateau se trouve dans l’ampoule de l’aile située au fond du bateau. Cette quille concentre le poids dans la partie inférieure du bateau, ce qui produit une plus grande stabilité et est parfait pour les eaux peu profondes. De plus, il offre une plus grande marge de manœuvre, mais comme il a le centre de gravité le plus bas, il a besoin de plus d’eau.
  • Quille d’équilibre. Aussi appelée quille de bouchain, ce type de quille se compose de deux quilles peu profondes situées à bâbord et à tribord. Il est parfait pour les voiliers hivernant dans le sable ou sur une plage. Ils réduisent également l’instabilité et servent de stabilisateurs.
  • Dérives. Des rallonges mobiles qui contrecarrent la dérive possible du bateau sous l’effet du vent. Contrairement à la quille, ces appendices peuvent être cachés pour augmenter la vitesse du voilier lorsque le vent est au portant. A l’intérieur de ce type se trouvent les dérives à lattes, qui permettent leur élévation verticale, et les dérives pivotantes, qui se déplacent sur un centre qui facilite la montée et la descente de la partie inférieure du bateau.
  • Quille rétractable. Sa fonction est la même que celle des dérives à lattes, permettant un soulèvement vertical par un trou dans la coque. La seule différence est que, dans ce cas, il a un ballast qui augmente la stabilité de votre navire.

Types de gouvernail

Le gouvernail est l’un des éléments les plus caractéristiques et élémentaires d’un voilier, c’est la pièce fondamentale pour pouvoir diriger votre bateau. Il existe de nombreux modèles, des plus classiques aux plus modernes, et les types de safrans d’aujourd’hui, voici donc quelques-uns des plus utilisés pour la fabrication des voiliers.

Persona navegando el timón de un velero

  • Gouvernail de quille. Il est conçu pour les quillards et s’y trouve. Sa conception est robuste et nécessite beaucoup d’angle de braquage, ce qui fait que le bateau fait des mouvements lents.
  • Gouvernail avec skeg. Le skeg est un prolongement à l’arrière de la coque. Dans ce cas, ce type de contrôle est généralement fixé sur les quillards courts qui le contiennent.
  • Gouvernail suspendu ou suspendu. C’était l’une des options les plus utilisées dans les bateaux des années 80. Il s’agit cette fois d’un gouvernail suspendu au fond de la coque par la mèche. Sa conception et sa construction sont très solides et le contrôle du bateau est optimal.
  • Gouvernail sur le tableau arrière. Sa fonction est la même que la précédente mais, à cette occasion, son couplage se fait sur le tableau arrière.
  • Double safran. C’est l’un des plus efficaces. Il a d’abord été utilisé sur les voiliers océaniques et de nombreux paquebots de croisière l’ont maintenant. Ce type permet de contrôler le cap du navire, même lorsque le navire s’est incliné.

Lorsque vous songez à participer à une course de voile, c’est une bonne idée de savoir comment manipuler toutes ces parties de votre bateau, en particulier le safran et les voiles. C’est vrai que ce n’est pas obligatoire, mais sa connaissance vous permettra d’aller plus loin et vous aurez une meilleure chance de gagner.

Tags: